Mawaru Penguindrum : La stratégie de survie est enclenchée
Un animé monstrueux un de mes mega coup de coeurUn scénario léché alambiqué, un vrai plaisir Un parti pris graphique surprenant et réussi
5.0Note finale
Avis des lecteurs 1 Avis

Avec Mawaru Penguindrum je me suis pris une grosse claque sans contestation possible (bon si on peut toujours contester mais je ne serais pas d’accord avec toi sache le dès le départ :p)

Alors pour commencer c’est une série de 2011 qui est composé de 24 épisodes par le créateur entre autre de Sailor Moon ou bien Utena ça met déjà dans l’ambiance.

Que dire à part que c’est une oeuvre magistrale à hisser dans le panthéon des animés. Coté animation c’est beau, le chara design est vraiment plaisant, que ça soit les personnages, les petits pingouins qui sont totalement kawai ou bien la princess of the cyrstal sublimement hautaine et envoûtante. Les décors, l’environnement sont agréables à l’oeil.

J’ai personnellement beaucoup aimé le traitement de certains points graphique comme les inconnus, les passants (ou figurant si on peut appeler ça comme ça) qui sont traités de façon anonyme et possèdent tous le même chara design représenté par un bonhomme blanc avec des traits simple. Les personnages principaux évoluent dans un environnement où l’accent est ponctué exclusivement sur eux et pourtant trouvé tous les détails n’est pas chose aisé. Ou bien encore le déplacement d’épisode en épisode via la ligne de métro, les flash back omniprésent magnifiquement amené bref c’est un chef d’oeuvre n’ayons pas peur des mots, tout es parfaitement lié l’intrigue et le graphisme se mélange à la perfection.

Alors attention je sais que parmi mes camarades certains aiment les histoires linéaires pas vraiment alambiquées, et bien si c’est le cas passez votre chemin car cet animé va tenter de vous retourner le cerveau et jouer avec vos neurones entre l’intrigue et le savoureux mélange de fiction et de réalité on peut se perdre facilement pour distinguer le vrai du faux. Tout commence doucement mais on se perd dans les méandres de l’intrigue pour recroiser régulièrement le chemin principal et arriver à reconstruire les différentes pièces du puzzle ainsi que les liens entres les personnages. C’est subtilement fait et on se laisse totalement prendre au jeux, les éléments sont donnés au compte goûte pour aiguiser notre curiosité sans jamais dévoiler totalement l’intrigue. Des indices sont parsemé tout le long de l’histoire un peu partout dans les décors, certains aidant d’autres n’ayant aucun rapport tout est fait pour vous faire réfléchir.

mawaru_penguindrum_03

La petite touche mignonne et amusante dans cette atmosphère, qui parfois peut être pesante, sont inévitablement les pingouins qui ne servent à rien mais qui apportent cette touche de fraîcheur indispensable. Je me suis surpris à sourire et rire à chaque apparition de ces trois petits pingouins qui suivent nos héros tout le long de l’histoire, des apparitions totalement décalées et franchement indispensables à la réussite de la série.

Je ne souhaite pas m’étaler sur l’histoire car ça serait un crime de ne pas vous laisser là découvrir par vous même mais en tout cas ça vaut le coup d’oeil.

Au niveau de la bande son elle est royale et majestueuse, outre l’ost qui est vraiment d’une belle qualité les deux openings sont vraiment magiques (en même temps je suis un fan d’etsuko yakushimaru) je n’arrêtes pas de me les passer en boucle. La bande son arrive toujours au bon moment et relève parfaitement l’intrigue ou les différentes tensions il n’y a vraiment aucune faute de goût.

C’est un véritable voyage à travers les sentiments, on rigole, on s’interroge, on pleure, on déteste, puis on aime tout le long de ses 24 épisodes ,qui tente d’entrer dans le douloureux problèmes de la solitude de l’être humain et des questions existentielles sur le destin et de la survie.

C’est vraiment une toile extraordinairement surréaliste traitant d’un sujet totalement réaliste soufflant le chaud et le froid dans une parfaite harmonie et qui s’avère être (hélas ?) une brillante synthèse de l’humanité. Tout le long de l’animé on a l’oeil agar du moindre détail en cherchant son importance ou non l’auteur arrivant très bien à nous faire croire que le moindre détail pourra jouer sur l’histoire et c’est vraiment magique, il faudra surement que je le regarde à nouveau car je suis sur que pleins de trucs m’ont échappés au long de l’histoire.

Et car je ne peux résister voici un des op de la série :