Sakurasou no Pet na Kanojo : le dortoir des surdoués
Frais, drôle et avec une palette de personnage attachant mais avec des sujets plus dramatiques traités en filigranes un animé sans prétention qui fait le job
4.4Note finale
Avis des lecteurs 0 Avis

Voilà un animé qui m’a donné beaucoup de plaisir en le regardant, il s’agit Sakurasou no pet na kanojo.

Le pitch : Un lycéen, Kanda Sorata, sans talent particulier au premiers abords, se retrouve à habiter dans le dortoire Sakurasou, dortoir réservé aux élèves surdoués en art (et qui dit artistes dit personnages déjantés). Un jour une nouvelle pensionnaire va intégrer le dortoir, Shiina Mashiro, une talentueuse peintre qui a débarqué au japon pour devenir mangaka.

Là ou ça se corse, c’est que la demoiselle est totalement incapable de vivre par elle même : de s’habiller, de ranger sa chambre ou bien de se faire à manger, et va devenir totalement dépendante de Sorata. De là une relation spéciale va naître entre les deux pensionnaires…

Sakurasou est une belle comédie romantico-dramatique, l’ambiance est au rendez-vous entre les différents protagonistes de la série. On retrouve les recettes habituelles de ce genre d’animé : des tsundere hypers dynamiques, des situations cocasses, du fan service, un triangle amoureux etc.

Mais la série ne se résume pas qu’à une suite de gags, non le coté dramatique est aussi présent et se met en place petit à petit au fil des épisodes. Bien entendu rien de grave, mais des remises en question sur le talent, le travail, l’effort, le respect de soit, la jalousie sont de la partie et plutôt bien amené.

Mais parlons un peu des personnages et du design, c’est plaisant ! Les pensionnaires sont tous attachants, les personnages secondaires ne sont pas uniquement là pour faire tapisserie, et le groupe se complète plutôt bien.

On retrouve une folle furieuse hyper dynamique et toujours de bonne humeur spécialiste de la création de jeux vidéo, un tombeur inconditionnel scénariste, l’élève sérieuse qui rêve de devenir doubleuse, un nerd qui ne sort jamais de sa chambre et qui communique uniquement via le réseau par exemple.

Tous sont véritablement intéressant, et à coté de leurs folies et de leur bonne humeur apparente, on s’attachera à leurs démons personnels, liés au manque de confiance en soit, à sa propre évaluation vis à vis de l’autre, et ce coté de l’animé, même s’il est parfois un peu gros, rend celui-ci encore plus plaisant et donne une belle intensité au coté léger/comique de l’animé.

Un petit bémol sur la partie comédie romantique / trio amoureux, que j’ai trouvé un peu trop convenue et prévisible. C’est un peu dommage j’aurai aimé être un peu plus surpris sur cette partie là que ça soit un peu moins conventionnel, mais ça n’empêche pas pour autant d’apprécier les histoires d’amours qui sont le fil conducteur de la série.

En conclusion un animé que je vous recommande : frais, dynamique, drôle, avec des personnages haut en couleurs, mais qui ne s’arrête pas là en allant dans des sujets plus douloureux qui donne encore plus de crédit à l’ensemble de la série, qui est au final une belle réussite sans prétention.

On finit traditionnellement par les générique dont je n’ai pas un souvenir impérissable sauf pour l’ending j’avais bien aimé le style de celui-ci (pas forcément la musique mais sa présentation était plutôt cool :

Et l’opening qui n’a rien de révolutionnaire lui non plus :