Aujourd’hui on va faire un classique et voir ce qu’il y a dans mon sac photo ! Déjà partons de la base, je compte partir avec ma valise calibag, mon sac à dos photos (dont je vais vous parlé dans cet article) et peut être mon sac onabags qui est un cartable photo pour la ville.

Pourquoi prendre le cartable en plus ? et bien le sac photo est un peu mastoc comme sac à dos, il est très pratique mais volumineux et pas très fashion il faut bien l’avouer. Un petit cartable en cuir vintage en bandoulière est beaucoup plus passe partout et assez efficace pour  se balader en ville (cf les photos en fin d’article).

Alors pourquoi prendre un gros sac à dos photos ? Déjà pour le voyage ça permet d’avoir beaucoup plus de choses en cabine (ordinateur portable, tous le matos photos, plus les papiers, les devises du pays etc) c’est plus rassurant de les avoir avec soit pendant le trajet, car en cas de valise perdu vous avez les choses coûteuses avec vous ! De plus pour les petites randonnées en forêt ce sac permet de stocker facilement une gourde, des vêtements chauds et il peut être totalement étanche (avec le matériel à l’intérieur c’est quand même pas un luxe !)

De plus porter un sac avec beaucoup de matériels ça pèse forcément sur les épaules surtout quand vous marchez toute la journée. Un bon sac à dos bien construit peut vous soulager et vous éviter quelques douleurs comparé à un sac en bandoulière.

Mon sac : un kata  3 N1 33

Ce sac n’existe plus vraiment car la marque Kata a fusionné avec la marque bien connu des photographes Manfrotto, son équivalent actuel serait le 3N1 35.

Le prix pique un peu les yeux mais il est vraiment super bien fichu. Et vue ce que vous allez mettre dedans je pense qu’on évitera les économies de bouts de chandelles, il vaut mieux un sac confortable, pratique et surtout secure pour votre matos !

Déjà au niveau de l’attache, il peut bien sur se porter comme un sac à dos classique, avec une sangle ventrale pour soulager le poids, mais on peut aussi très facilement bouger les sangles pour les avoir en X pour soulager là aussi le poids porté sur les épaules.

Autre option possible, passer en bandoulière, avec un système qui permet de ranger l’une des sangles rapidement, et accrocher l’autre en bandoulière. L’intéret étant de pouvoir faire pivoter le sac rapidement et de pouvoir accéder à votre reflex sans avoir à enlever votre sac à dos. C’est vraiment pratique et bien pensé !

Niveau rangement il y a 3 gros compartiments :

1/ la poche du dessus :cette poche peut s’enlever si besoin pour agrandir la surface centrale,  mais pour ma part je la garde car elle est vraiment bien pratique.  Dans cette poche on peut ranger ses papiers, y mettre un cahier, une gourde, son passeport, son téléphone, un vêtement chaud etc. Il s’ouvre par le dessus et donc très facile d’accès. C’est un fourre- tout utile, et de chaque coté du sac on retrouve deux petites pochettes, une où on trouve le sac imperméable qui permet de protéger votre sac (et surtout votre matériel) en cas de grosse pluie. Et l’autre pochette je m’en sers généralement pour mettre un guide petit format ou bien des plans papiers par exemple.

2/ la poche dorsale : cette poche se trouve contre votre dos et permet de caser un ordinateur portable, ou une tablette, voir des magazines ou vos guides de voyages. Je m’en sers souvent pour caser mon ordinateur portable pendant le voyage, et sur place j’insère tout ce qui est papier, guide et les rallonges de ma steadycam feiyu g4. Le sac est vraiment bien construit car je ne sens vraiment pas les éléments contre mon dos. Il est super confortable !

3/ la poche centrale principale : elle s’ouvre de différentes manières, soit complètement, soit vous pouvez ouvrir qu’un coté (utile en mode bandoulière pour récupérer votre reflex rapidement par exemple). A l’intérieur on retrouve une surface assez conséquente totalement modulable via un système de séparateurs interchangeable. Vous pouvez donc moduler les compartiments de votre sac suivant votre matériels et vos besoins.

 

Qu’est ce qu’on trouve dans mon sac ?

kata-fin

Ce sac a une très grande capacité d’adaptation et on peut caser énormément de matos (cf la photo), voici ce que je met habituellement en partant direction l’aéroport :

1/ Un cintiq companion : avec son stylet et sa pochette c’est mon ordinateur portable, plus lourd qu’une simple tablette (mais bon c’est un vrai ordi sous win 8 et pas juste une tablette android) il dispose d’un stylet et de la technologie wacom bien connue par les dessinateurs. En plus je transporte un clavier mac bluetooth car taper sur l’écran c’est pas ce qu’il y a de plus funky.

2/ Une batterie externe : c’est une batterie EC Technology à 22400mAh avec 3 ports USB qui adaptent l’ampérage suivant ce que vous connectez dessus. C’est toujours pratique d’avoir une batterie externe pour recharger la gopro, le pocket-wifi etc, qui peuvent être à cours de batterie assez rapidement.

3/ Un chargeur secteur usb : A force il y a de plus en plus de choses à charger en usb, et on a pas forcément pleins de prises à disposition sur place. Avec ce chargeur on peut plugger 6 appareils qui se chargent en usb (mon casque audio, la gopro, le pocket wifi, le smartphone, les batteries secondaires de la gopro etc). Vraiment pratique en voyage, pour ma part j’ai pris un modèle de la marque Anker.

4/ Un carnet moleskine et un stylo : pour prendre des notes à l’ancienne ça peut toujours servir d’avoir un petit carnet sur ce soit.

5/ Une boussole (qui fait aussi office de sifflet aussi) : c’est con, on y pense pas forcément, pourtant la boussole ça reste indispensable, et le sifflet peut être pratique en cas de pépin (bon pour ce voyage y a peu de chance que je me retrouve face à un ours ou coincé dans un ravin)

6/ Un couteau suisse : je n’ai pas besoin d’expliquer l’utilité, il faut toujours avoir un couteau suisse dans son sac.

7/ Une gourde isotherme : bon au japon il y a des distributeurs de boisson à tout les coins de rue, mais l’eau du robinet c’est plus économique, et parfois certains jours je ne croiserai pas forcément de bar ou autre kombini, une gourde ça reste toujours utiles c’est un classique du voyage.

8/ Les papiers : on se balade toujours avec quelques papiers : passeport, plans, mini-guide de conversation, des devises.

9/ un mini trépied de voyage : le trépied c’est un accessoire indispensable si vous comptez faire des pauses longues avec votre appareil photo. Il peut être bien pratique aussi pour se prendre en photo soit même quand on voyage tout seul, ou bien pour avoir des prises de vues originales. Les gros trépeids peuvent être lourd et encombrant, mais les mini-trépieds sont une bonne alternative pour le voyage. J’ai pris un classique Gorilla pod, en n’oubliant pas de prendre une version avec rotule (dans le modèle en lien il est avec) sans quoi votre trépied ne servira pas à grand chose.

10/ une sangle blackrapid curve : Je n’ai jamais compris les gens qui gardaient les sangles de bases vendues avec les reflex, ça fait super mal au cou, quand on marche ça se balançe de gauche à droite, bref c’est tout sauf pratique. Avec cette sangle votre reflex est en bandoulière avec un système de crochet qu’on peut glisser le long de corps et bloquer à un endroit spécifique pour pouvoir dégainer son reflex rapidement et l’avoir attaché en toute sécurité sur soit sans se tuer les cervicales.

11/ un reflex : j’ai un canon eos 60D, je l’avais acheté pour mon voyage au canada, et on ne peut pas dire que je lui ai fait honneur depuis, mais j’ai envie de m’y mettre depuis quelques temps. J’espère qu’il sera un bon compagnon. En tout cas il risque de me suivre encore un long moment je ne compte pas changer de boitier mais plutôt investir dans des optiques dans le futur (le sigma art 30 mm f/2.8 me fait de l’œil)

12/ des objectifs :  actuellement j’ai 4 objectifs assez basiques, il y en a que deux que je vais prendre avec moi, un 50mm en f/1.8 le classique du débutant chez canon et je me suis acheté un objectif de voyage  un tamron 18-270 mm f/3.5-6.3 pour avoir un transstandard qui balaye une large gamme de zoom. J’en avais déjà un chez canon mais c’était un 55 – 250, il me manquait une ouverture proche du 18, c’est pour ça que j’utilisais souvent mon sony nex avec un objectif pancake, mais avec ce tamron je pense qu’il fera un bon compagnon de voyage. Je sais que les photographes vous diront qu’ils vaut mieux avoir plusieurs objectifs à focale fixe, plutôt qu’un zoom à focale variable, ils ont surement raison, mais je suis un total débutant en photographie, et mon sac photo sera déjà assez lourd pour ce voyage, du coup ça sera un compromis, je vais partir avec ces deux objectifs et je pense que ça ira très bien.

13/ une télécommande : qui va me servir pour les pauses longues (j’ai la tremblote et le moindre tremblement peut être fatale même quand on appuie juste sur le déclencheur) c’est donc toujours pratique d’avoir une petite télécommande qui ne prends pas de place pour prendre des photos sur son reflex et qui sera bien installé sur le gorilla pod.

14/ un minuteur : pour faire des timelapse un minuteur c’est toujours pratique, on peut facilement en faire soit même pour quelque euros, mais j’ai opté perso pour une camalapse qui à l’avantage de pouvoir s’installer sur n’importe quelle trépied et qui accepte la gopro tout comme un reflex.

15/ une gopro hero 4 silver edition : la gopro reste une valeur sûr en voyage, pour ramener des films et des photos. Elle ne prends pas de place, permet d’avoir une super qualité d’image, peut vous suivre dans toutes les situations pour ramener des images extraordinaires. Vue que je pars en solo j’ai toute la latitude pour faire ce que je veux, et j’ai envie de profiter ce voyage pour me remettre à faire des vidéos… une bonne promo m’a fait craqué et me voilà avec une gopro qui va faire son premier déplacement lors de ce voyage au japon.

16/ une steadycam feiyu g4 : le problème des vidéos filmées avec une gopro, un reflex ou un smartphone c’est que dès que vous bougez un minimum ça devient inregardable (la fameuse vidéo de papy qui tremble dans tous les sens). J’ai longtemps cherché une steadycam, mais le problème c’est que savoir équilibrer (configurer) et utiliser une steadycam n’est pas chose facile. Beaucoup abandonne après achat à cause de ça, et me connaissant j’aurai surement fait partie du lot. Mais voilà Feiyu propose une steadycam motorisée (3 moteurs sur 3 axes) très facile d’utilisation car elle se configure automatiquement (pas besoin de devoir gérer les poids à chaque fois que vous placez votre appareil) et les résultats sont plus que correctes. De plus elle ne prends vraiment pas de place (quelques cm, on dirait une perche à selfie), elle fonctionne via des piles rechargeables spéciales (une autonomie de 2/3h)

 

17/ deux rallonges pour la steadycam : non ce ne sont pas des nunchakus que vous pouvez voir à coté du sac, mais c’est un système tout bête de rallonge qu’on ajoute à la steadycam pour agrandir sa portée. Ça peut être super pratique pour filmer de haut par dessus une foule ou pour avoir certains angles de vues, en plus c’est assez léger à transporter.

18/ un porte trépied de ceinture : c’est bête mais mon reflex sera donc en bandoulière d’un coté, et la gopro sur sa steadycam à la main, mais comment je fais pour switcher facilement sur mon reflex ? Ranger la steadycam/gopro à chaque fois dans le sac risque d’être vraiment pas pratique… Du coup j’ai trouvé un système tout bête qui normalement sert à porter son trépied sur sa ceinture, on clip le système à sa ceinture, puis on accroche la steadycam à ce système facilement, ce qui permet d’avoir la gopro et sa steadycam à portée de main et de pouvoir switcher facilement vers le reflex et vice/versa.

19/ un casque audio sans fil : ça fait longtemps que j’utilise les casques bluetooth (une dizaine d’année environ) et je ne peux plus m’en passer. Je ne supportais plus à l’époque les gros casques avec des km de fil qui s’enroulent ! Les casques sans fil ont changé ma vie (oui rien que ça ^^). J’ai un parrot zik de stark depuis plus d’un an et j’en suis très content, son pavé tactile est très pratique et il fonctionne avec des gants. Il a aussi un système qui met en pause la musique dès que vous enlever le sac, c’est bête mais c’est super pratique. Son seul hic c’est l’autonomie de 6h, peut mieux faire, mais la batterie peut s’enlever contrairement à la plus part des casques et ça c’est pas un mal.

20/ tout le câblage et accessoires nécessaires : qui dit reflex, gopro, dit câbles, batteries supplémentaires ( j’en ai 4 pour la gopro et un pour le reflex, plus deux lots de 2 piles supplémentaire pour la steadycam)

21/ du stockage : j’ai avec moi un disque dur externe (voir deux) car 5 semaines à shooter en raw et faire des vidéos il va bien falloir que je stock tout ça ! Et bien sur plusieurs carte sd et micro sd pour mes appareils.

22/ Un filtre polarisant : je n’ai jamais essayé encore, mais ce voyage sera l’occasion de faire des tests, j’ai juste un filtre uv sur mon 50 mm

Au final (sans compter le combo ordi / clavier) ça fait tout de même 6 kilos sur le dos, heureusement tout ne m’accompagne pas pendant mes escapades journalières et le sac est vraiment confortable c’est un gros plus ! Comme je vous le disais en début d’article, pour les escapades citadines mon autre solution c’est mon sac brooklyn d’onabags qui permet de ranger reflex, quelques papier ainsi que la gopro et qui fait beaucoup plus citadin.

Avec tout ça je suis prêt pour le départ (enfin presque il reste la valise à préparer mais j’ai encore largement le temps pour faire tout ça !)