Bon… oui ça fait un peu redite après le billet sur “Fukuoka me voilà“, je l’avoue. Mais bon comme dirait un politicien, il faut savoir s’adapter au marché de l’éducation japonaise.

Après la mauvaise nouvelle tout droit venu de l’école d’ASO de Fukuoka dont je parlais dans ce billet, je vais donc partir vivre à Kyoto. Et je n’y vais pas à reculons, bien au contraire et je vais vous expliquer pourquoi.

Alors Kyoto c’est quoi ?

Bon, franchement, si vous n’avez jamais entendu parlé de Kyoto vous avez vraiment un problème. Autant Fukuoka je pouvais comprendre, mais Kyoto ?

C’est une ancienne capitale du Japon, qui est maintenant considéré, je pense, comme l’une des plus belle ville du monde. Quand on parle du japon on pense à Tokyo la mégalopole mélangeant le nouveau et l’ancien, le coté foufou. Kyoto c’est le coté culturel, les temples, la tradition, bref le piège à touristes over 9000.

Kyoto est souvent très bien positionné dans les classements des villes où il fait bon vivre. Cette année elle dégringole un peu au classement du magazine Monocle et sort du top 10 (comme Fukuoka) mais se positionne tout de même à la 12ème place.

Kyoto malgré son coté très champêtre n’est pas une petite ville. C’es environ 1.5 millions d’habitants, un peu moins que Fukuoka la ville qui grimpe au japon. Mais elle se rattrape largement avec l’agglomération géante qui l’entoure. Car oui Kyoto fait parti du trio magique avec Osaka et Kobe, qui forme une sorte d’hyper ville qui englobe 20 millions d’habitants, rien que ça !

On peut donc résumé vulgairement Kyoto comme la ville des temples. C’est un véritable musée ouvert, toutes les rues sont des visites potentielles, mais pour autant dans “le vieux” on trouve du neuf, c’est en effet la première ville étudiante du Japon. Il y a beaucoup d’universités dont certaines très réputées. Et une personne sur 10 à Kyoto est étudiant.

Contrairement à sa voisine Osaka, la population de Kyoto est considérée comme assez snob, voir froide, meme les tokyoites (qui ont un balais dans les fesses en général) trouvent les kyotoites hautain et froid… c’est pour dire.

Et niveau météo, car oui ça a son importance, les températures sont assez extrêmes. Froid l’hiver et très chaud l’été. Kyoto est entouré de montagne qui forme une cuvette, le climat est très difficile l’été humide et très chaud. Bref ça va être un enfer pour moi qui n’aime pas la chaleur, mais pour compenser on peut voir de la neige à Kyoto certains hivers et les montagnes toutes proches sont aussi propices à ça.

 

D’un point de vue géographique, on a des montagnes tout autour, et beaucoup de verdure. La ville est vaste et mélange des quartiers à building, ainsi qu’énormément de quartiers résidentielles avec des petites maisons, de grand parc, de rivières… ce qui fait tout le charme de la ville.

D’un point de vue économique, la ville est un peu vieillissante et stagnante, c’est une des rares grosses villes japonaises qui perd en population. Par contre d’un point de vue touristique la ville connait un boom exponentiel (comme tous le pays). Kyoto étant LA destination touristique par excellence quand on veut voir du Japon cliché (temple, geisha etc).

A mon gout (et de ceux de certains habitants aussi), la ville est même un peu trop touristique. Certains quartiers ressemblent à des queues interminables d’un parc d’attraction où on entends surtout hurler chinois ou anglais et c’est bien dommage.

Cependant soyons honnêtes la ville est sûrement l’une des plus belles du monde, elle a un charme fou. C’est vraiment un autre genre de ville comparé à Fukuoka très différentes mais pas pour autant dénué d’avantages.

Pourquoi j’ai choisi Kyoto ?

Bha déjà car j’ai pas eu le choix mon grand !

Il n’y avait plus de place dans l’école à Fukuoka quand j’ai voulu m’inscrire. Mais soyons honnêtes si j’ai tant tardé à m’inscrire à Fukuoka c’est car Kyoto me faisait lourdement douter.

Et quand j’ai pris ma décision je n’avais pas vraiment de préférence (mais bon il fallait faire un choix). C’est pour ça que je ne pars pas déçu au contraire, je me dis que c’était le destin et que j’ai pleins de chose à faire là bas.

Tout d’abord niveau photo, je vais pouvoir m’amuser comme un petit fou et j’espère m’améliorer.

Les quelques jours que j’ai passé en tant que touriste j’ai toujours été très mitigé. Une ville que j’aime et que je déteste tout autant. Je l’ai détesté à cause justement du trop grand nombre de touristes. Mais malgré ça j’ai toujours fait de magnifiques découvertes avec  des supers photos à la clef. C’est un véritable terrain de jeux pour les photographes amateurs.

A chaque coins rues il y a de quoi s’amuser, et avoir ses sens toujours en éveil. J’ai vraiment hâte de parcourir chaque recoin de la ville. Contrairement à Fukuoka dont j’avais déjà l’impression (sûrement à tort) d’avoir déjà vu les grandes lignes, et de bien connaitre la ville,  à Kyoto j’ai l’impression que 2 ans ne suffiront pas pour tout explorer.

Et un très gros avantages que n’avait pas Fukuoka, c’est sa situation géographique. Le kansai est un vaste terrain de jeux, avec des transports hypers accessibles.

Osaka n’est qu’à 30 minutes en train pour seulement 4 euros le trajet. Kobe est à moins d’une heure, le magnifique lac biwa est à seulement 10 minutes, les plages du lac sont à moins d’une heure aussi.  Le château d’Hikone est à seulement 45 minutes tout comme Nara qui est tout proche.  La grande ville de Nagoya est à 30 minutes en shinkansen ou 2h en train local etc

Bref tous mes weekend sont déjà remplis d’excursions diverses et variés et en plus sans se ruiner en billet de train. C’était un reproche que je faisais à Fukuoka, pour des excursions un peu sympa le billet de train revenait vite très cher (pour nagasaki ou Kitakyushu par exemple)

Là, il y a la mer à portée de main, des villes gigantesques plus grandes que Paris. Des campagnes profondes, des balades en montagnes, le plus grand lac du japon, de la modernité, de la tradition c’est un condensé de tout ce que peut apporter le Japon.

Mais ce n’est pas le seul avantage, en vrac  :

Le bassin de population est gigantesque. Kyoto c’est 1,5 millions habitants environ. Mais on peut aller à plus de 20 millions avec toutes les villes autours qui sont à moins d’une heure grand max en transport.  Voir même soyons fous les 2,2 millions d’habitant de Nagoya qui n’est qu’à 30 minutes en shinkansen. Bref de quoi se faire des amis ou de trouver la copine idéale !

L’école que j’ai choisi a de très bonnes statistiques de réussites au JLPT (beaucoup plus que celle d’ASO à Fukuoka). L’école est plus occidentalisée aussi, il y a autant d’étudiants occidentaux qu’asiatiques. Elle est aussi très centrale, en plein coeur de Kyoto, facile d’accès à moi de trouver un appartement qui me permette d’y aller à pied.

Qu’est ce que je vais faire là bas ?

La même chose que ce que je devais faire à Fukuoka : étudier le japonais pendant deux ans.

Enfin presque. L’emploi du temps n’est pas du tout le même. Je vais avoir beaucoup moins de vacances qu’à Fukuoka. D’après mes calculs à ASO ils avaient environ 14 semaines de vacances dans l’année ! Là j’en aurais moitié moins. Mais j’ai moins d’heures de cours par jour.

Au lieux de faire un 9h30-15h là bas je vais faire à priori du 13H-16h30 pour commencer et ensuite quand mon niveau sera meilleur je ferais 3h30 le matin ce qui me laissera tout mes après-midi entièrement libre !

Libre de me balader un peu partout ou de faire un petit boulot si je le souhaite.

Je n’ai pas abandonné l’idée de faire un petit boulot de barista en deuxième année pour pratiquer mon japonais, et pourquoi pas développer un petit boulot dans le tourisme aussi la ville s’y prêtant fortement.

Contrairement à Fukuoka, je ne pourrais pas proposer mes services pour faire un un safari photo, il en existe déjà un par le plus que talentueux Geoffrey (et encore une fois je vous encourage à faire ses safaris si vous êtes au japon ^^).

The big pink tree of the river #japan #sakura #river #kyoto #flowerslovers

A post shared by Nicolas Goussin (@ngee) on

Par contre, je compte bien bloguer !

En faisant mes recherches sur Kyoto j’ai été surpris de ne pas trouver de site sympa d’expatrié français qui raconte leur vie sur place.

Alors des blogs touristiques sur Kyoto, ça il y en a à la pelle, mais sur la vie de tous les jours… c’est quasi le néant. Il y en avait un mais qui n’est plus vraiment à jour.

Du coup je me suis dit que ça pouvait être une bonne idée de faire découvrir mon Kyoto, qui ne sera pas rempli que de temple ou de geisha. Non le Kyoto où tu vas boire un café, ou tu vas te prendre une bière et où tu fais les magasins aussi. On pourra piocher des infos pour un voyage, mais on pourra surtout sortir des sentiers battus et ne pas faire le circuit touristique classique mais connaitre un peu mieux la ville en profondeur. Je suis persuadé qu’elle recèle de secret magnifique, caché par la horde de temple et d’attractions du top 50 trip advisor.

Par contre contrairement à Fukuoka, je pense que ça va être compliqué de réseauter dans mon secteur. Ce n’est clairement pas la ville des startup, on me l’a encore rappelé il n’y a pas longtemps.

Je vais donc essayer de réfléchir et trouver d’autres opportunités et en même temps c’est peut être pas plus mal. Comme je vous le disais je n’ai rien contre le fait de me réorienter et d’essayer de nouvelles choses.

Ces deux ans sont aussi là pour ça, tenter de nouvelles aventures. Mais le but reste toujours le même : s’installer durablement au Japon, et je sais que ça ne sera pas simple et que c’est loin d’être gagné !

c’est quoi la prochaine étape ? 

Cette fois ca y est, j’ai fini les démarches d’inscription !

Mon dossier a été envoyé et j’ai même déjà réglé des frais de visa. Ça ne veut pas pour autant dire que j’ai eu le sésame, maintenant il faut que j’attendent jusqu’à mi-février pour avoir la réponse… oui il ne faut pas être pressé avec l’administration.

J’aurai peut être une mauvaise surprise, mais dans ce cas là j’ai un plan B. Si le Japon ne veut pas de moi pour une raison obscure, je partirai tenter l’aventure d’Édimbourg. Mes valises seront prêtes donc je n’ai aucun obstacle pour partir ici où là si on ne veut pas de moi quelque part. La seule certitude c’est que je ne resterai pas sur Paris.

Mais bon j’espère que le visa arrivera tout de même, et je ne vois pas trop ce qui pourrait poser problème dans mon dossier. Je suis largement au dessus des minimums de garanties financières demandées.

Donc maintenant coté école/japon je suis en mode stand by. Mais je commence déjà à regarder les quartiers kyotoites que je connais beaucoup moins bien qu’à Fukuoka. Contrairement aux autres grosses villes, je n’ai jamais dormi sur Kyoto, je squattais sur Osaka. Et Kyoto malgré les 5/6 jours que j’ai passé dans la ville j’ai une connaissance assez limité des quartiers de la ville.

Japan national sport ^^ #japan #kimono #kyoto #yukata #travel #model

A post shared by Nicolas Goussin (@ngee) on

Je vais donc essayer de cibler des zones pour la recherche d’appartement. Je vais aussi commencer à me renseigner sur les banques, les assurances et les démarches annexes à effectuer.

A coté de ça je prépare toujours mon départ en vendant ma tonne d’affaired petit à petit et ça prends un temps fou ! Je vais devoir signer les papiers avec mon boulot actuel pour préparer la rupture conventionnelle et toutes les démarches pour rendre mon appartement etc. Bref je ne vais pas m’ennuyer.

De plus j’ai quelques projets autour d’un futur blog sur Kyoto et j’aimerai le mettre en place avant mon départ.

Mais tout ça c’est une autre histoire, en attendant à moi Kyoto l’année prochaine !